Les nageurs sauveteurs, jamais sans leur équipement !

À compter du mois de juin, les nageurs sauveteurs de la SNSM vont être déployés sur les plages du littoral pour assurer la sécurité des estivants. Pour accomplir ces missions de prévention, de surveillance et de sauvetage sur les plages, ils disposent d’une panoplie d’accessoires. Mais à quoi servent-ils ? Passons-les en revue pour vous aider à comprendre leur utilité.
Une nageur sauveteur
Légende
© Maxime Huriez

Une tenue orange bien visible

Pour être vus de tous, dès qu’ils sont en service, les nageurs sauveteurs s’habillent avec leur tenue orange, sous laquelle ils portent généralement un maillot de bain. En fonction des températures, ils disposent d’un tee-shirt, d’un short gris, d’un tee-shirt Lycra®, d’un coupe-vent et même d’une polaire. En surveillance, ils privilégient le tee-shirt Lycra® ou alors la combinaison Néoprène® s’il fait froid ou qu’ils passent du temps à l’eau.

Chapeau de soleil

S’il est apprécié des estivants, le soleil est aussi un paramètre avec lequel les nageurs sauveteurs doivent composer. Pour surveiller dans des conditions optimales sans craindre le coup de chaleur, ils s’équipent de casquettes ou bien du chapeau SNSM.

Le sifflet, la signalisation sonore

Sur la plage, les nageurs sauveteurs veillent à votre sécurité. Le sifflet qu’ils attachent autour de leur cou en permanence est un moyen de communiquer entre eux lors des départs en intervention et aussi d’attirer votre attention en cas de danger (si vous vous éloignez trop, si vous risquez de vous retrouver dans une baïne, etc.). Si vous entendez trois coups de sifflet, jetez un coup de d’œil au poste de secours : c’est le signal indiquant que le drapeau est baissé, que la surveillance est terminée ou interrompue (en raison d’une intervention, par exemple).

Un sauveteur prêt de la mer qui des palmes dans ses mains
© Maxime Huriez

Des lunettes de soleil

Elles peuvent être perçues comme une coquetterie ; pourtant, les lunettes sont indispensables pour assurer une bonne surveillance. La réverbération du soleil est telle qu’elle peut être un obstacle pour bien distinguer les baigneurs dans une zone de bains, par exemple. C’est pourquoi les sauveteurs ont constamment leurs lunettes de soleil sur le nez.

Les palmes

Toujours à portée de main, les palmes servent aux nageurs sauveteurs afin d’évoluer rapidement dans l’eau en cas de sauvetage et d’affronter plus facilement les phénomènes naturels (vagues, courants). Longues ou courtes, chaque sauveteur choisit les palmes qui lui conviennent le mieux.

La VHF

Enroulée autour des épaules ou fixée au harnais, la radio VHF est un outil de communication indispensable en surveillance. Elle permet aux nageurs sauveteurs de rendre compte d’une situation et d’informer leurs coéquipiers du déroulement d’une intervention. En embarcation, elle est un précieux outil pour rester en contact et s’assurer que tout se passe de manière optimale.

La montre

Tout au long de la journée de surveillance, les sauveteurs se relaient à différents postes de surveillance, qui sont définis selon l’affluence et la typologie de la plage : la vigie, la chaise haute, en lame (au bord de l’eau), en embarcation, en planche de sauvetage… Pour se synchroniser dans les rotations de poste, la montre est essentielle. En intervention, elle est aussi très importante pour réaliser les bilans secouristes et se souvenir de la chronologie de l’intervention, qu’il faudra ensuite consigner dans la main courante. 

Deux sauveteurs sur un scooter
© Maxime Huriez

Les équipements de protection individuelle

Avant de monter sur une embarcation, les sauveteurs s’équipent de leur EPI (équipement de protection individuelle). Les casques et les gilets garantissent leur sécurité. Quelques secondes suffisent pour ajuster les équipements avant de partir en intervention.

Une sauveteuse avec un rescue tube
© Maxime Huriez

Le rescue tube

Appelé aussi « la frite », le rescue tube est un outil en mousse de couleur jaune, que les nageurs sauveteurs déploient et enfilent autour d’eux à l’aide d’une sangle. Léger, il sert de support pour ramener une ou plusieurs victimes sur le sable. 

Article rédigé par Julia Tourneur, diffusé dans le magazine Sauvetage n°160 (2ème trimestre 2022)